L’administration Trump menace encore la Cour pénale internationale de sanctions


Les États-Unis n’ont jamais adhéré à la Cour pénale internationale et celle-ci n’a jamais poursuivi les Américains pour crimes de guerre depuis sa création en 2002.

Les Etats-Unis annuleront ou refuseront les visas aux membres du personnel de la Cour pénale internationale cherchant à enquêter sur les Américains en Afghanistan ou ailleurs et pourraient prendre des mesures similaires pour protéger les Israéliens ou d’autres forces alliées des poursuites, a déclaré vendredi le secrétaire d’État Mike Pompeo.

“Nous sommes déterminés à protéger le personnel militaire et civil américain et allié de la peur des poursuites injustes pour les actions entreprises pour défendre notre grande nation”, a déclaré Pompeo.

Cette décision sans précédent est intervenue alors que le bureau du procureur de la CPI demandait l’ouverture d’une enquête sur de possibles crimes de guerre commis par des Afghans ou des membres du personnel américain en Afghanistan. Ces nouvelles menaces des USA interviennent après celles du conseiller à la sécurité nationale John Bolton,  critique véhément de la CPI, qui avait menacé de prendre des mesures punitives en septembre.

Les restrictions de visas font “partie des efforts continus pour convaincre la CPI de changer de cap en ce qui concerne son enquête potentielle et les poursuites possibles contre les Américains pour leurs activités et celles de nos alliés en Afghanistan”, a déclaré Pompeo lors d’une conférence de presse.

Le secrétaire d’Etat a déclaré que l’administration avait déjà commencé à appliquer les restrictions de visas, mais n’avait pas donné plus de détails.

Pompeo a déclaré: “Si vous êtes responsable de l’enquête envisagée par la CPI sur le personnel américain en relation avec la situation en Afghanistan, vous ne ne serez pas autorisés à entrer aux États-Unis “.

Pompeo a ajouté que l’administration était prête à imposer des restrictions de visas dans d’autres affaires impliquant des alliés, y compris Israël. “Ces restrictions de visas peuvent également être utilisées pour décourager les efforts de la CPI pour poursuivre le personnel allié, y compris les Israéliens sans le consentement de ses alliés”, a-t-il déclaré.

Le procureur de la CPI a déposé une demande d’enquête sur de possibles crimes de guerre en Afghanistan liés à des militaires et des services de renseignement afghans et américains, y compris sur des lieux de détention. Un rapport du Comité du renseignement du Sénat américain en 2014 concluait que les interrogatoires des détenus après les attentats du 11 septembre en Afghanistan et ailleurs étaient “brutaux et bien pires que ceux que la CIA a représentés auprès des décideurs politiques et autres”.

Pompeo a également déclaré que les Etats-Unis étaient prêts à augmenter la pression sur la CPI si nécessaire.

“Ces restrictions de visas ne seront pas la fin de nos efforts. Nous sommes prêts à prendre des mesures supplémentaires, y compris des sanctions économiques, si la CPI ne change pas son cours”, a-t-il déclaré.

La Cour pénale internationale à La Haye a déclaré être au courant de l’annonce faite par les États-Unis.

“La CPI, en tant que cour de justice, continuera à faire son travail indépendant, sans se laisser décourager, conformément à son mandat et au principe général de la primauté du droit”, a déclaré le porte-parole de la CPI, Fadi El Abdallah, dans un courrier électronique.


Vous aimez ? Partagez avec vos amis

Like it? Share with your friends!

360
Quelle est votre réaction?
MDR MDR
0
MDR
WOW WOW
0
WOW
KELWAY KELWAY
0
KELWAY
RIP RIP
0
RIP
C'ZO C'ZO
1
C'ZO
KÉSSIA KÉSSIA
0
KÉSSIA
Like Like
1
Like
ENJAILLÉ ENJAILLÉ
0
ENJAILLÉ
KIF KIF
0
KIF

L’administration Trump menace encore la Cour pénale internationale de sanctions

CONNECTE TOI

Rejoins la Communauté !

reset password

Back to
CONNECTE TOI
Choose A Format
Personality quiz
Trivia quiz
Poll
Story
List
Meme
Video
Audio
Image